23
Déc

Apprendre, c’est quoi ?

anne sophie demiez putois apprendre atelier des coachs blog

 

Qu’est-ce qui se passe quand j’apprends ?

 

Quelles sont les clés cognitives que vous actionnez pour apprendre ?

Du latin « apprehendere », apprendre veut dire prendre, saisir, attraper. C’est donc bien une action, un mouvement vers soi, à soi. Quand nous devons apprendre, nous avons donc un projet personnel de saisir l’objet avec nos organes perceptifs pour le faire exister en nous, sous forme d’images mentales visuelles, verbales, auditives pour une situation future de réutilisation (définition de la mémorisation).

Plusieurs solutions s’offrent à nous. Soit l’image mentale est la reproduction du présent et reste dans le présent soit l’image est projetée dans le futur de deux manières différentes.

Suis-je plutôt reproducteur avec une envie de mémoriser ou transformateur ?

Soit l’image mentale est projetée dans le futur sans modification. C’est l’imagination reproductrice. L’apprenant apprend par cœur, à l’identique. En ne changeant rien, il est en sécurité. Son projet est d’être le plus fidèle à l’intention de l’auteur. Ainsi il ne dénature pas le sens transmis par l’auteur. Il ne s’investit donc pas dans ses images mentales, il en est le témoin. En Gestion Mentale on dit qu’il est en « troisième personne ». Dans le cas cité, le projet de mémorisation est plus prégnant que le projet de compréhension.

Pour d’autres, c’est le moment que nous sommes en train de percevoir qui va être projeté. C’est la communication que nous avons avec l’objet perçu. C’est donc l’exploration de cet objet qui va être projeté. L’apprenant va donc vivre ses évocations, ses images mentales. Il sera l’acteur. Il fera l’action, il se parlera, s’expliquera, ressentira. L’anticipation est alors un élément qui va le mobiliser dans sa prise d’indices. Il va donc créer un possible. L’apprenant va prendre pour soi le réel perçu. Il va s’impliquer dans les moyens et les fins. C’est lui qui est acteur de sa compréhension et de sa traduction. En Gestion Mentale on dit qu’il passe en première personne. Il fait, vit, ressent, se parle dans son orbite mentale. Il vit par avance le moment de…. Ce qui est intéressant c’est qu’il ressent toujours par anticipation de la réussite.

En fait pour s’investir dans l’apprentissage, l’apprenant doit projeter dans le futur le contenu de ses évocations en les vivant en lui. Il doit être l’acteur et le témoin de ses actions pour anticiper les moyens et les finalités. L’anticipation imaginative est dynamique, mobile. Elle est créatrice. C’est un espace d’avenir où la gestion en première personne est une finalité.

 

Share this post

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies pour réaliser nos statistiques de visites.
Ok