26
Oct

Fatigués ? Non, juste une petite émotion coincée !

laurence marino emotions atelier des coachs blog

 

Détour dans les émotions et sur ce qu’elles peuvent nous dire…


 

Nous n’allons pas parler de la fatigue physique, celle qui vient après un effort et qui est somme toute naturelle. On ne parlera pas non plus de la fatigue quand vous avez remué vos meubles pour faire le grand nettoyage de printemps, ni de celle qui arrive après une maladie ou quand vous prenez un peu d’âge. Celle-ci est passagère : du repos, une bonne alimentation et le tour est joué !

Nous éloignerons également la fatigue chronique, celle qui est souvent due à nos rythmes de vie, au manque de sommeil, à nos surcharges multiples.

Ici parlons plutôt de la fatigue psychique, celle qui nous guette lorsque nous sommes « stressés », anxieux voir même dépressifs. Vous savez cette fatigue qui s’abat sur vous d’un seul coup. Vos nuits ne vous permettent plus de vous ressourcer et vous vous levez fatigué ? Vous ne parvenez même plus à faire de projets. Vous êtes-vous déjà dit « Je me sens vidé » ?

Nous aussi, cela nous arrive parfois…Dans ces cas-là, peut-être pouvons-nous chercher ce qui a fait baisser soudainement notre énergie.

 

Comment puis-je identifier l’origine de cette baisse d’énergie 

Un exercice de coaching des émotions peut être utile, sous forme de questions telles que :
« Je suis fatigué depuis quand ? Quel évènement a déclenché cette fatigue ? Quelle émotion ai-je ressenti ? Quelles sont les manifestations physiques ? Dans quelles autres circonstances cette émotion arrive t’elle ? » …

L’objectif est d’identifier la véritable émotion que vous avez ressentie et celle que vous avez l’impression de vivre. Un peu de prise de recul et parfois on pensait être en colère contre une personne alors qu’au fond on est juste triste d’avoir été déçu. 
C’est essentiel de savoir bien décoder ses émotions car cela nous permet de trouver la réponse adaptée.

Un petit exemple pour éclairer tout ça
Madame rentre et ne voit pas que Monsieur a fait des efforts pour ranger la maison. Arrive une dispute car Monsieur est en colère contre Madame. Il exprime sa colère et Madame s’excuse. Elle est stressée par sa journée et n’a rien vu. Elle promet de faire plus attention mais répond également que ce n’est pas non plus un exploit. Re-dispute…
Si Monsieur avait réfléchi un peu, peut-être qu’en vérité il était triste de voir que sa femme ne faisait pas attention aux marques d’amour. Au lieu d’exprimer la tristesse et de recevoir en échange ce qui lui manquait (la marque d’attention), il exprime une colère qui n’engendre en retour que la colère…Il reçoit une réparation (excuse) qui ne le satisfait pas.
Décodage : quand on n’exprime pas la bonne émotion, on reçoit un message de l’autre qui ne comble pas sa demande.
Et la fatigue s’installe. Les réelles émotions ne sont pas exprimées.


Un autre exemple ?
Une personne dit à une autre « Tu es rassuré ? ».
Elle pense que son interlocuteur exprime de la peur donc elle envoie des marques de réassurance. La personne lui répond « Je ne suis pas inquiète mais en colère ». Elle exprime sa réelle émotion à l’autre. L’avantage c’est de se sentir libéré et donc en énergie haute. Quand vous gardez l’émotion, vous devez faire un effort considérable (inconscient) pour l’empêcher de sortir.

Le sujet des émotions et de ce qu’elles cherchent à nous dire est complexe et passionnant.

Alors la fatigue est notre alliée ! Mais oui ! Si vous la sentez arriver, en premier, écartez les raisons saines et réelles et ensuite si elle est toujours présente, demandez-vous quelle émotion est restée coincée ! La phase ultime est de parvenir ensuite à exprimer vos émotions au bon moment.
Cela s’appelle l’intelligence émotionnelle. La super nouvelle, c’est que cette intelligence se développe si on accepte de la travailler !

Share this post

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies pour réaliser nos statistiques de visites.
Ok